Qui sommes-nous ?

Préservons notre baie

De simples
citoyens
effarés

Loin de nos yeux, à l’abri des regards indiscrets, sous la surface des eaux émeraude de la Baie de Saint-Brieuc, se joue un drame terrible habilement maquillé en conversion vertueuse vers une énergie verte.

Ce drame est un drame écologique majeur. On a décidé, en proclamant des affirmations volontaristes en faveur d’une écologie franco-européenne, de transformer la mer en une gigantesque usine à argent public.

Sous couvert d’évolution vers des énergies renouvelables, on se sert de milliard d’argent public pour financer des usines à vent inutiles, peu productives et qui ne peuvent devenir un jour rentables que si l’électricité qu’elles vont produire est acheté par EDF environ 3 à 4 fois le prix normalement pratiqué sur le marché international.

Issus de la ‘société civile’

Agés de 30 à 70 ans (voire plus, mais cela ne se dit point…), hommes et femmes, issus de tous milieux, indépendants des partis, des intérêts économiques en jeu, mais suffisamment informés pour comprendre les enjeux réels, nous sommes simplement animés par un peu de bon sens et une volonté sincère de préserver la Baie de Saint-Brieuc.

Nos motivations…

… sont d’une simplicité basique :

Nous ne pouvons pas accepter de voir la baie de Saint-Brieuc détruite sans essayer de la sauver.

  • Nous refusons de nous faire, par notre silence, les complices d’un carnage épouvantable,
  • Nous refusons de payer, avec nos impôts et nos factures d’électricité, la destruction de fonds marins d’une richesse exceptionnelle pour de mauvaises et fausses raisons,
  • Nous refusons d’accorder le droit à Iberdrola (ou Ailes Marines ou quiconque) de massacrer plus de 60 espèces qui étaient protégées,
  • Nous refusons de voir condamner des milliers de gens vivant d’une pêche artisanale scrupuleusement respectueuse de la vie marine à la déchéance et au chômage pour générer plus de profit au bénéfice d’un monstre capitalistique espagnol,
  • Nous n’acceptons pas de voir les autorités camoufler délibérément la vérité, maquiller les chiffres et faire condamner, tels des vauriens, des gens dignes qui défendent leur emploi,
  • En bref, nous voulons que la population sache quel drame se joue au fond et qu’enfin elle puisse, de manière éclairée, prendre parti.